Prévention: Technologies et sommeil ne font pas bon ménage.

Instagram et jeux vidéo avant de s’endormir ? La qualité du sommeil peut en pâtir.  Publié  en janvier 2016 en allemand par la Haute école zurichoise de sciences appliquées (ZHAW), Le rapport JAMESfocus  révèle que la pratique de jeux vidéo, l’envoi de photos ou de vidéos avant de s’endormir et l’utilisation du mobile en tant que réveil constituent un facteur de risque pour la qualité du sommeil ou le sentiment de détente des jeunes.

L’envoi de photos ou de vidéos  avant de s’endormir est source de problèmes parce que le jeune attend souvent une réponse rapide, ce qui peut retarder le moment de l’endormissement. Quant aux raisons pour lesquelles la pratique des jeux vidéo peut nuire à la qualité du sommeil, les auteurs citent la prolongation du temps de veille dû au jeu, l’accroissement de l’excitation ou encore la lumière bleue de l’écran.

Outre la réduction des facteurs de risque, les auteurs du rapport terminent leur exposé par une série de conseils pratiques pour les éducateurs encadrant des adolescents:

  • L’utilisation d’écrans avant le sommeil retardant la production de mélatonine, il est recommandé d’imposer une pause d’une heure entre la fin des activités médias et l’endormissement. Le soir, au lieu de messages WhatsApp, il vaut mieux entreprendre une activité avec la famille ou lire un livre.
  • Durant le sommeil, tous les appareils ainsi que le WIFI doivent être éteints.
  • Pour cette raison, les ados ne devraient pas utiliser leur telephone comme réveil.
  • Lorsqu’on constate qu’un élève baille durant les cours ou manque de concentration, c’est toujours une bonne idée de discuter avec lui de sa consummation médiatique, tout particulièrement en fin de journée.

Le rapport JAMESfocus de la ZHAW a analysé en profondeur les données récoltées pour  l’étude JAMES 2014 sur l’usage des médias par les jeunes Suisses. Cette étude a été menée dans les trois grandes régions linguistiques de Suisse auprès des jeunes de 12 à 19 ans.

Catégories : Divers, Prévention
Mots-clés :