Conférence: comment dépasser le stade initial d’intégration ?

Ten steps towards lifting our game in IT
Ralph Tabberer, Director General of Schools at the Department for Children, Schools and Families

Constat : GB leader dans l’intégration des TIC, énormes investissements de la part du gouvernement.
Au niveau technique, cela a bien suivi, mais on peut constater plusieurs problèmes.
20% des écoles utilisent les TIC de manière pertinente.

Comment faire pour passer à l’étape suivante ?

Tabberer propose une approche en 10 points :

1. Accepter les changements indispensables dans la manière de travailler, de partager les données, d’évaluer.

2. Développer une stratégie calquée sur l’état réel des écoles de son pays, de sa région.

Un bilan approfondi est nécessaire avant de mettre en place une stratégie. En Angleterre, par exemple, il y a les meilleures écoles du monde, mais il y a aussi beaucoup trop d’écoles très mauvaises. Réduire ces différences doit être un objectif prioritaire de l’intégration des TIC.

3. Prendre les TIC au sérieux

Les TIC ne sont pas un joujou pour les bons élèves. Leur intégration doit être bien pensé et surtout un passage obligé dans toutes les disciplines, chaque fois que cela apporte une plus-value.

Les écoles les plus innovantes ont un leadership fort avec un direction qui:

  • réfléchit à la place des Tic dans le curriculum
  • prévoit la formation continue de ses enseignants
  • met à la disposition de la communauté des ressources et des possibilités élargies d’apprendre

4. Mettre l’accent sur la qualité de l’enseignement

Un projet d’évaluation de McKinsey, la firme de consulting, a montré que le facteur numéro dans les performances des élèves étaient la qualité des enseignants.
Si on prend un enfant qui maîtrise 50% de la matière dans un test et qu’on lui donne pendant 3 ans de bons profs, il atteindra une maîtrise de 90 % lors du test suivant. Inversément, si un enfant a 3 mauvais enseignants à suivre, son niveau de maîtrise au prochain test national sera de 37%.

5. Mieux connaître les besoins et les habitudes de travail des enfants d’aujourd’hui et calquer les apprentissage et la didactique sur ces profils
Ce qu’une étude du Becta a défini comme le profil type des ados:

  • Ils sont immergés dans des flots d’information et sont à la fois recepteur et émetteur de contenu
  • Sont confronté à une richesse d’informations
  • Leur méthode de travail est expérimentale, non pas peur d’essayer, cherchent eux-mêmes des solutions
  • Vont très vite sur le web pour répondre aux questions qu’ils se posent
  • Considèrent les ressources vidéos et audios comme des sources d’informations à part entière.
  • Sont prêts à publier leur savoir, à montrer publiquement ce qu’ils savent et ce qu’ils sont
  • Collaborent à distance avec une foule de gens.

Sur cette base, on voit bien que les parcours scolaires proposés acutellement ne sont pas pertinents.

6. Il faut laisser les enfants être auteurs et créateurs dans ce nouveau monde.
Pour l’instant, ils ne sont créateurs qu’en dehors de l’école, à l’école, on les veut uniquement recepteur de savoirs -> problème.

On doit encourager les élèves à remixer, à experimenter et formuler leurs propres hypothèses et conclusions.

Ex : le trailer de Shining modifié pour devenir une pub de recruitement pour l’armée.

7. Les apprentissages proposés aux enfants au moyen des Tic doivent être d’un haut niveau taxonomique, rigoureux, approfondi. Les enfants auront du plaisir de toute façon, avoir du plaisir ne devrait donc pas être l’objectif.

8. On doit utiliser les outils TIC pour développer la collaboration avec les parents. On met trop l’accent sur la participation des parents aux soirées de parents. Or cette participation n’est pas indicative de la réussite scolaire de l’élève. C’est plutôt l’ambition que le parent a pour son enfant qui fera la différence.

Les plateformes sont un bon moyen de suivre le travail des élèves. Les parents peuvent voir l’évolution des notes, lire les communiqués des enseignants. Ce lien représente bien entendu un surcroit de travail pour l’école et les enseignants, mais il ouvre aussi de nombreuses possibilités.

9. Il faut valoriser l’apprentissage informel, casser la dichotomie temps de classe, or temps de classe. Si l’élève passe son temps dans le web 2., les enseignants devraient être présents.

Attention à ne pas se limiter à apprendre à apprendre, à collecter l’information. L’enseignant doit concevoir des cours où on transmet des informations aux élèves, on transmet la culture, le passé.

10. Penser l’éducation comme un service, se mettre au service des besoins d’un élève, développer un plan de cheminement répondant à ses besoins spécifiques.

Catégories : Bett
Mots-clés :